Accueil > Info > Actualités de Quidam production > Benoît Labourdette président du jury de la 1ère Semaine du court-métrage de (...)

Benoît Labourdette président du jury de la 1ère Semaine du court-métrage de Rueil Malmaison

mercredi 15 avril 2009, par Benoît Labourdette.

Au mois de mars 2009, j’assure la présidence du Jury de la première Semaine du court métrage de la ville de Rueil Malmaison, en Région parisienne.

La France est le pays des festivals, et d’aucuns critiquent la multiplication de ce type d’événements. Au contraire, je suis tout à fait pour. L’événement invite les gens à sortir de chez eux, à quitter l’écran de flux de la télévision, pour se rendre dans les salles obscures, pour un partage différent, une relation plus intime aux images, pour des images qui prennent plus d’importance.

Ces occasions événementielles d’une part donnent à découvrir des images dont on n’a pas l’habitude à la télévision, et resituent l’image dans toute son importance. Et d’autre part, un festival est aussi une occasion pour une collectivité de rassembler des énergies. En l’occurence, à Rueil Malmaison (ville importante de 80 000 habitants), les films devaient être réalisés par des habitants de la ville. C’est aussi une façon de faire société, de créer du lien.

La Semaine du court métrage proposait aussi des films réalisés par les jeunes dans le cadre d’ateliers pédagogiques. Films qu’il est aussi très rare de voir.

Le 1er prix du jury a été attribué à "Tchernobyl Express", d’Alexis de Gemini, un film tourné avec un appareil photo numérique à l’intérieur de la centrale de Tchernobyl, début 2009. C’est un document exceptionnel, qu’aucun journaliste n’aurait jamais pu faire, un film de l’intérieur, par un participant à une équipe de "reconstructeurs" du nouveau sarcophage de la centrale. Ce film apporte de la conscience du danger extrême de l’énergie nucléaire, conscience qui est endormie dans les médias classiques, du fait de la puissance des lobbies.

Voilà, cette nouvelle Semaine du court métrage, outre son grand intérêt au niveau local, permet l’émergence, sur le devant de la scène, d’un film exceptionnel et universel, qu’on n’aurait peut-être jamais découvert autrement.