Accueil > Info > L’entreprise > Le Quidam marchait éditeur

Le Quidam marchait éditeur

mardi 1er novembre 2005, par Benoît Labourdette.

Une maison d’édition (née en 2000 de la société Quidam production), à l’esprit d’innovation et de transversalité : l’image, les mots, le multimédia, le son, la création, la pensée, le regard des enfants, la vie quotidienne...

Une construction issue du cinéma, de l’audiovisuel, d’un intérêt bouillonnant pour la création en général, et d’une pratique du questionnement humain.

La démarche éditoriale du « quidam marchait » repose sur le désir de mettre en relation le public et des oeuvres de création et d’expressions de qualité, originales et sensibles. Ouvrir un espace aux questions qui se posent, à la vie qui s’agite, aux hommes et à la parole qui se libère. Rendre accessible des oeuvres différentes mais pourtant si ouvertes par la simplicité et la sincérité de leurs contenus, de leurs démarches, de leurs projets : il s’agit d’une démarche de décloisonnement, de rencontre... une certaine pensée de l’homme, de la communication et des applications de l’édition au travers de la diversité des supports d’aujourd’hui.

Notre démarche d’édition est pluridisciplinaire (livres, disques, vidéo et DVD) et toujours fondée sur l’intime, la dimension humaine et sensible dans la création et l’expression. Il s’agit de proposer des œuvres à la fois simples et accessibles, riches d’une véritable profondeur humaine et singulières dans leurs formes, leurs styles.

Un esprit de déambulation

Le quidam, c’est un peu de vous, un peu de moi.

Partager l’envie de ne plus rêver notre existence, mais vivre sans attendre.

Le quidam ouvre le champ des possibles, et c’est tant mieux.

C’est possible de créer et de respirer, et de se sentir proches les uns des autres sans se sentir violenté par le quotidien.

C’est possible de comprendre une larme comme un espoir, la résonance d’un désir qui se transforme.

C’est possible de ne pas oublier qu’un sourire et un regard c’est un voyage à l’intérieur de l’autre, une invitation tacite à se souvenir que l’on est là pour se soutenir.

Mathieu Defrance