Accueil > Laboratoire > Blu-ray Disc : expertise et réalisation > Diffuser un Blu-ray Disc par gravure commence à devenir envisageable

Diffuser un Blu-ray Disc par gravure commence à devenir envisageable

jeudi 29 janvier 2009, par Benoît Labourdette.

Pourquoi diffuser un Blu-ray Disc gravé ?

Edition en série limitée, projection en boucle sur grand écran, projection dans une salle de cinéma... potentiellement le Blu-ray Disc peut servir à beaucoup de choses.

On se heurte à deux principaux écueils :

- les lecteurs Blu-ray Disc, s’ils respectent la norme, sont censés ne pas pouvoir lire les disques gravés (en effet, la protection anticopie AACS, qui ne peut être inscrite qu’au moment du pressage - pas à la gravure - est obligatoire dans la norme Blu-ray Disc).

- il y a, encore début 2009, un très faible taux d’équipement en lecteurs Blu-ray Disc.

Bref, il semble encore assez aléatoire de graver un Blu-ray Disc, car on court le risque qu’il ne soit pas lisible.

Mais il y a aussi de très grands avantages

Malgré tout, le Blu-ray Disc pénètre le marché, doucement mais sûrement, et ce format offre une qualité possible d’image incomparable avec ce que permet le DVD. Donc, par exemple pour des projections, c’est un format très pratique, car il évite d’avoir un louer un très onéreux magnétoscope Haute Définition (ce qui implique qu’on a dû le louer avant pour réaliser un master Haute Définition sur bande). Bref, le Blu-ray Disc permet une certaine "démocratisation", et surtout une grande souplesse, pour la projection haute définition de qualité.

Comment faire pour éviter les écueils ?

- première chose, de plus en plus de lecteurs Blu-ray de salon acceptent la lecture des disques Blu-ray gravés, même si ce n’est pas encore le cas de tous (environ 50% des lecteurs Blu-ray début 2009).

- il faut donc faire un test de lecture sur le lecteur de salon qui sera utilisé pour la diffusion.

- il faut faire en sorte d’obtenir une bonne qualité d’encodage : ce n’est pas parce qu’on grave sur un disque Blu-ray que la qualité d’image sera automatiquement très bonne. Il faut que l’encodage (c’est à dire la transformation des images vidéo haute définition originales dans le format conforme à la norme des disques Blu-ray) soit fait avec attention. Beaucoup de logiciels de gravure (Nero, Toast...), proposent des gravures en Blu-ray avec des encodages automatiques, qui ne donnent pas forcément de très bons résultats...

- et en amont même de l’encodage, il faut bien souvent traiter l’image, la filtrer, travailler sur son "bruit", son contraste, pour que la très grande image reste valorisante pour son contenu. En effet, une image très définie "pardonne" beaucoup moins les petits défauts qu’une image de définition inférieure. On est obligés d’être beaucoup plus vigilant à sa qualité technique. Des détails qui ne gênaient personne sur une image en définition standard deviennent de gênants défauts pour l’oeil, même pour un spectateur lambda, en haute définition.

Notre conseil

N’hésitez pas à nous demander conseil sur ces questions, nous avons une expérience dans le domaine qui peut vous permettre d’éviter d’essuyer les plâtres :

- quidam@quidam.fr / 01 48 86 16 10. Indiquez bien le mot "Blu-ray Disc" dans le titre de votre email, afin que nous ne le laissions pas passer.