Accueil > Laboratoire > Blu-ray Disc : expertise et réalisation > Les DVD haute définition en petite série

Les DVD haute définition en petite série

jeudi 4 octobre 2007, par Benoît Labourdette.

(note : cet article a été rédigé à l’époque où le Blu-ray Disc n’avait pas encore emporté la bataille contre le HD-DVD. Nous le laissons en ligne tel quel, car les enjeux entre ces deux formats posent des questions qui sont toujours d’actualité)

La gravure en petite série de DVD video standard : une réussite

Depuis quelques années, pour des éditions limitées ou du matériel promotionnel, la duplication en petite série de DVD gravés fonctionne très bien. La qualité des supports vierges actuels (s’ils sont bien choisis !) permet une compatibilité presque parfaite avec tous les lecteurs DVD. Nous proposons ce service : gravure DVD, impression quadri sur le DVD, impression jaquette quadrichromie, mise sous boitier et cellophanage, pour des coûts très avantageux : 6,50€ HT l’exemplaire, même à partir de 1 exemplaire. Chez d’autres prestataires, vous pourrez trouver ce prix pour des quantités de 100 ou 200 exemplaires, mais si vous avez besoin de 10 DVD par exemple, chaque exemplaire vous reviendrait chez d’autres prestataires entre 15€ et 25€.

Pourquoi la gravure en petite série de DVD haute définition ?

Pourquoi auriez-vous besoin d’une gravure en petite série de DVD haute définition ? Le marché des lecteurs de DVD haute définition frémit, il commence à y avoir, doucement, des ménages concrètement équipés. Donc, pour des éditions luxe en série limitée, cela peut avoir du sens. Il y a aussi l’utilisation du DVD en tant qu’outil de promotion. Par exemple, vous présentez votre entreprise sur un salon et vous avez un grand écran plasma Full HD. Si vous faites tourner votre bande démo en boucle à partir d’un DVD standard, la qualité d’image sera très inférieure à celle du stand voisin ! Il peut être utile de créer un DVD haute définition conçu pour tourner en boucle, et de donner à votre écran la meileure qualité d’image possible.

Les problèmes techniques actuels à anticiper

Cela paraît simple à priori. Mais, les normes de DVD haute définition étant toutes nouvelles, les matériels, tout nouveaux eux aussi, n’implémentent pas forcément encore très bien les spécifications de la norme. Chez Quidam production, nous connaissons tous les détails de ces normes et pouvons donc vous aider à produire le DVD haute définition qui va marcher à coup sûr pour votre usage.

Le choix d’une norme : Blu-Ray Disc ou HD-DVD ?

Vous devez tout d’abord choisir quel DVD haute définition vous allez produire. Vous pouvez faire les deux, afin de parer à toutes les éventualités, mais c’est presque deux fois plus cher, il faut refaire deux fois le travail, car les deux normes sont très différentes. Pourquoi choisir l’une ou l’autre ? Voici des informations précises sur les deux normes, qui pourront vous aider à choisir.

Choisir le Blu-Ray Disc

Le Blu-Ray Disc, sur le papier, est plus évolué que le HD-DVD. On peut graver 25Go sur un BD-RE contre 15Go sur un HD-DVD-R. Donc, en théorie, on peut mettre plus de durée. Mais en pratique, la qualité de l’encodage d’un film tient plus à la qualité de l’encodeur, à l’attention mise à l’encodage qu’au débit binaire, donc la capacité du disque n’est en fait pas si importante que cela.

Par ailleurs, la norme Blu-Ray Disc censée être implémentée dans les lecteurs précise que le système de protection AACS est obligatoire sur les Blu-Ray Disc. Cette protection AACS ne peut être intégrée dans le Blu-Ray Disc que lors du pressage (en grande série) des Blu-Ray Disc. Il est impossible de graver cette protection. Donc, en théorie, les Blu-Ray Disc gravés sont illisibles sur les lecteurs de salon !! En pratique, à peu près la moitié des lecteurs de salon Blu-Ray acceptent de lire les Blu-Ray Disc gravés. Ce qui veut dire qu’un Blu-Ray Disc gravé doit impérativement être testé sur le lecteur qui le recevra, afin de vérifier si le lecteur accepte le principe ou pas. A mesure que les nouveaux lecteurs vont apparaître, peut-être deviendra-t-il habituel que les lecteurs aient cette tolérance, c’est probable, mais il est trop tôt pour l’affirmer.

Autre petit problème, il n’existe pas aujourd’hui de BD-RE vierges imprimables. La surface du disque est déjà imprimée aux couleurs de la marque. Alors, collons une étiquette, direz-vous. Surtout pas ! Une étiquette peut déséquilibrer la rotation du disque, entraînant des sautes d’images lors de la lecture, et par ailleurs, le laser chauffant très fort, l’étiquette peut se décoller du disque en cours de lecture. Le lecteur est alors bloqué... ne faites pas confiance à ceux qui vous proposent de coller une étiquette sur votre DVD (que ce soit DVD video standard ou DVD haute définition).

Bref, le Blu-Ray Disc gravé fonctionnera sur un certain nombre de lecteurs, pas sur tous, et ne peut pas encore être imprimé (peut-être que dans 15 jours, les BD-RE imprimables existeront). Aujourd’hui, si par exemple pour un DVD qui doit tourner en boucle sur un salon, vous avez déjà un écran plasma et un lecteur Blu-Ray et que vous testez la compatiblité de votre DVD gravé, aucun problème, vous pouvez utiliser le Blu-Ray.

Choisir le HD-DVD

Le HD-DVD est plus limité en capacité que le Blu-Ray Disc (15Go au lieu de 25Go), et de toutes façons, les graveurs ne sont pas encore disponibles dans le commerce. Personne ou presque aujourd’hui ne peut graver un HD-DVD. Il y a en réalité quelques graveurs Toshiba dans des bundles, mais ils sont encore excessivement rares. Le problème est donc réglé, direz-vous. Non, il y a une autre solution, très intéressante, avec le HD-DVD.

Le HD-DVD, dans l’histoire de sa conception, est une évolution ascendante de la norme DVD video (alors que le Blu-Ray Disc est une approche assez différente). Ainsi, la norme HD-DVD précise que vous pouvez graver un HD-DVD sur un DVD-R standard. C’est un peu compliqué ? Essayons d’éclaircir les choses : un DVD-R est un simple support d’enregistrement, sur lequel on peut enregistrer des données. Les normes, que ce soit DVD video, Blu-Ray Disc ou HD-DVD, précisent d’une part le support obligatoire, mais surtout les caractéristiques exactes des données vidéo enregistrées sur le disque, afin d’être sûr que le disque sera lu partout de la même manière. Voilà pourquoi, si vous enregistrez simplement un film en divx sur un DVD-R, il ne sera généralement pas lu dans votre lecteur DVD de salon (sauf si votre lecteur DVD de salon sait aussi lire les Divx). De même, si vous avez un graveur Blu-Ray, et que vous gravez dessus un film en Divx HD, assurément, il sera illisible sur votre lecteur Blu-Ray de salon. Il y a bien des données vidéo dessus, mais elles ne sont pas "organisées" de sorte à respecter la norme Blu-Ray Disc.

Pour résumer, la norme HD-DVD autorise l’enregistrement sur un DVD-R standard de la structure HD-DVD. Alors, bien-sûr, un DVD-R double couche ne peut stocker que 8,5Go (ce qui est bien moins que les 15Go du HD-DVD-R), ce qui peut permettre de stocker un long métrage assez court, ou des courts métrages, des films de promotion, etc. Par ailleurs, contrairement à la norme Blu-Ray Disc, la norme HD-DVD n’impose pas qu’il y ait un système de protection sur le disque pour autoriser ou non sa lecture. La gravure de HD-DVD est donc possible dans la norme (contrairement au Blu-Ray Disc).

Vous pouvez donc aujourd’hui éditer des HD-DVD de films courts en petite série par gravure. Vos DVD seront imprimables, tout comme les DVD video standard. Vous avez juste une limite de durée du film, disons à peu près d’une heure.

Mais là aussi, un peu de prudence n’est pas superflu, car la norme HD-DVD autorise que les structures de données HD-DVD enregistrées sur des DVD standards puissent être lues, mais encore faut-il que les fabricants de lecteurs HD-DVD respectent bien la norme. Cela semble être le cas.

Conclusion

En guise de conclusion très provisoire, car de nouveaux lecteurs et graveurs de DVD haute définition apparaissent tous les jours, si vous souhaitez faire une édition limitée, dirigez-vous plutôt vers le choix du HD-DVD, vous aurez une fiabilité presque certaine de lecture, par contre, le film ne peut pas être trop long encore aujourd’hui. Le choix du Blu-Ray est à réserver pour le moment à la lecture sur un équipement que vous avez pu préalablement tester, car le Blu-Ray Disc gravé ne passera pas sur tous les lecteurs.

Sachez bien, nous en parlerons dans un prochain article sur le sujet de l’encodage, que la qualité d’image de votre film n’a rien à voir avec le choix du support. Il est faux de dire "le Blu-Ray a une meilleure qualité d’image que le HD-DVD" par exemple. Les deux normes acceptent les mêmes caractéristiques vidéo, il n’y en a pas une qui est supérieure à l’autre, c’est exactement la même chose à ce niveau là (à quelques subtiles nuances près). La qualité de l’image de votre film, que ce soit sur HD-DVD ou sur Blu-Ray Disc, dépendra de votre source évidemment, et de la compétence de l’ingénieur qui en fera l’encodage, pas du support Blu-Ray ou HD-DVD.

Je conviens du fait que tout cela vous semble peut-être encore un peu confus. C’est tout à fait normal ! Tout est confus encore aujourd’hui, car les choses se mettent en place techniquement, et ce assez lentement en fait. Si vous souhaitez une analyse précise de votre projet, contactez-nous par email : quidam@quidam.fr. Donnez un titre explicite à votre email, contenant de préférence les mots "Blu-Ray" ou "HD-DVD", afin que votre email ne parte pas dans les spam !