Accueil > Laboratoire > Blu-ray Disc : expertise et réalisation > Pourquoi faut-il s’organiser autrement pour la réalisation de DVD Haute (...)

Pourquoi faut-il s’organiser autrement pour la réalisation de DVD Haute Définition ?

jeudi 9 août 2007, par Benoît Labourdette.

Les résolutions de l’image

Le débit de données de la haute définition n’est pas du tout le même qu’en définition standard. En effet, une image "Full HD" a une résolution de 1920x1080 pixels, alors qu’une image "SD" (vidéo standard, utilisée dans les DVD) a une résolution de 720x576 pixels. L’image HD est donc 5 fois plus grande que l’image SD, ce qui signifie une "taille" 5 fois plus importante sur le disque dur.

L’encombrement disque dur

Les disques durs actuels, qui nous paraissent si grands, qui nous permettent de faire l’authoring de plusieurs DVD à la fois, lorsqu’on passe à la haute définition deviennent tout à coup très petits. On "consomme" énormément plus de de capacité disque qu’avec le DVD standard. Ainsi, il est très difficile, techniquement parlant avec les disques de capacité actuelle, de faire plusieurs authoring de DVD Haute Définition en même temps. Ce n’est pas impossible, bien-sûr, mais c’est beaucoup moins souple qu’avec les DVD standard. Donc, on est forcés de circonscrire plus précisément un planning pour la réalisation de DVD Haute Définition, ce qui apporte une contrainte qu’on n’avait plus du tout avec les DVD standard.

Les durées d’encodage, la vérification des masters

L’encodage des films, c’est à dire leur transformation en fichiers lisibles par le futur DVD se fait avec de nouveaux codecs. On peut encore utiliser le "vieux" MPEG2, mais on a une bien meilleure qualité avec les codecs VC1 et AVC. Par contre, les durées d’encodage sont très longues. Déjà, pour un DVD standard, un très bon encodage 9 passes prend, avec une machine puissante, entre 5 et 10 fois la durée du film. Pour la haute définition, une seule passe d’encodage de qualité peut prendre jusqu’à plus de 50 fois la durée du film, en fonction de l’encodeur utilisé. L’encodage des films est donc beaucoup, beaucoup, beaucoup plus long qu’avec un DVD standard. Souvent, avec le DVD standard, on est amené à refaire un encodage, parce qu’on se rend compte, sur le DVD test, qu’il y a une petite erreur de montage dans le film lui-même, où qu’on veut faire un petit changement au générique, parce que le distributeur a changé, etc. Avec la haute définition, il n’est pas du tout aussi simple de recommencer l’encodage, et cela peut occasionner de gros retards. Ainsi, en haute définition, il faut valider les masters de façon définitive avant l’encodage, on a nettement moins de souplesse qu’avec le DVD standard.

Les durées de gravure

Graver un DVD test d’un DVD haute définition peut prendre, en fonction de la capacité du disque, entre deux et trois heures, là où la gravure d’un DVD test en définition standard prend maintenant 5 minutes. En DVD standard, on grave des DVD tests successifs, on est habitué à un travail de vérifications successives sur des DVD tests produits au fil du travail. Cela n’est plus si simple en haute définition, il faut se déplacer pour valider le contenu, vraiment, avant de graver un DVD test.

L’évolution de la norme

Les DVD haute définition sont une nouvelle norme, non en fait deux nouvelles normes (Blu-Ray Disc et HD DVD), mais non en fait quatre nouvelles normes, car le Blu-Ray Disc et le HD DVD ont chacun deux façons possibles d’être conçus :

- HD DVD Standard Content

- HD DVD Advanced Content

- Blu-Ray HDMV

- Blu-Ray Java

Les DVD haute définition sont assez proches de programmes informatiques, surtout dans le choix des normes les plus évoluées, et impliquent donc des durées de codage informatique, de débogage de code, qui peuvent être nettement plus importants que les DVD standard, en fonction de ce qu’on demande au DVD.

Les incompatiblités des lecteurs

Les lecteurs de DVD Haute Définition n’en sont qu’à leurs début pour le moment, et aucun aujourd’hui ne respecte pleinement les prérequis de la norme établie. Déjà, avec les DVD standard, il fallait se méfier des lecteurs : dans la conception d’un DVD, il fallait d’une part faire en sorte qu’il respecte la norme et d’autre part anticiper les défauts de lecture inhérents aux lecteurs, qui eux-mêmes ne respectent pas forcément bien la norme. C’est pourquoi, dans le monde du DVD standard, il existe des prestataires, équipés de plus de 200 lecteurs différents, qui font des rapports et des recommandations sur la bonne compatibilité des DVD. C’est particulièrement important. Prenons l’exemple du DVD du "Roi Lion", sorti en 2001, qui respectait la norme DVD video mais qui ne passait simplement pas sur 40 modèles de lecteurs de salon. Disney a dû reprendre tous les DVD vendus, refaire l’authoring en prenant en compte les défauts des lecteurs. Cela avait coûté particulièrement cher. Mais depuis, grâce à l’expérience acquise, il est plus aisé de faire des DVD vraiment compatibles. Des tests sur une quinzaine de lecteurs représentatifs suffisent largement.

Avec les DVD haute définition, on aurait pu attendre quelque chose de mieux... eh bien non, c’est pire. Les lecteurs sont extrêmement peu respectueux, pour le moment, de la norme. Ainsi, il est impératif de procéder à des tests de compatibilité avec TOUS les lecteurs existants. Cette étape, dont on se passe souvent avec le DVD standard, pour des résultats généralement satisfaisants, devient un passage obligé avec le DVD haute définition.

Par exemple, un lecteur mixte HD DVD et Blu-Ray Disc, sorti mi 2007, lit les Blu-Ray Disc de façon normale, mais ne lit pas les menus des HD DVD. On passe directement d’un film à l’autre, dans l’ordre dans lequel ils sont physiquement sur le disque. Malheureusement, ce lecteur existe, et il faut le prendre en compte, faire en sorte que même avec ce type de "navigation" le spectateur ne soit pas perdu, il faut faire en sorte qu’il soit possible de changer la piste son et la piste de sous-titres en cours de route.

Les systèmes de protection

Les systèmes de protection des DVD haute définition sont nettement plus complexes, dans le but d’être plus efficaces, que sur les DVD standard. Ils sont aussi plus complexes à mettre en oeuvre, même si c’est au niveau du presseur. Et le système de protection, qu’on n’est pas obligé d’utiliser avec le DVD standard, est obligatoire avec le Blu-Ray Disc par exemple.

Une nouvelle organisation

Pour mener un projet de DVD haute définition, il faut mettre en place une nouvelle organisation, des nouveaux plannings de travail, car les spécificités et les complexités, pour le moment, de ces nouveaux supports, sont nombreuses.