Accueil > Prestation > Publicité > Réalisation d’une publicité cinéma pour les marchés de Saint-Maur

Réalisation d’une publicité cinéma pour les marchés de Saint-Maur

mardi 24 janvier 2006, par Benoît Labourdette.

Fiche technique

- Publicité cinéma locale, diffusée dans 1 multiplexe et 1 salle de cinéma (5 salles).

- Diffusion : de décembre 2004 à mars 2005. 60 diffusions par semaine, soit 700 passages.

- Commanditaire : Mairie de Saint-Maur-des-Fossés et Association des commerçants.

- Production : Quidam production / www.quidam.fr

- Scénario et réalisation : Benoît Labourdette.

Pourquoi une publicité sur les marchés d’une ville ?

La ville de Saint-Maur-des-Fossés, en Région Parisienne (France), 80 000 habitants, est assez étendue, composée de nombreux quartiers. Il y a 8 marchés. Fin 2004, la ville inaugurait une nouvelle halle, style Eiffel, pour son marché du quartier de La Varenne. C’était l’occasion de communiquer auprès des habitants, et notamment des nouveaux, sur cette richesse locale.

La stratégie de communication

La publicité au cinéma n’était pas seule, car une stratégie de communication se doit d’être multi-supports. Il y eut aussi des animations sur les marchés eux-mêmes.

Quel film pour remplir cet objectif ?

Il était bien entendu avec le commanditaire qu’il ne souhaitait pas faire le énième film de publicité locale banal et sans intérêt. La solution du documentaire fut donc retenue. Avec une durée de 30 secondes !

Un tournage intime

Un tournage intime, pendant plusieurs semaines, avec une caméra DV Tri-CCD Panasonic AGEZ-30, qui a une qualité d’image proche de l’univers "cinéma".

Technique caméra

Avant le tournage, nous avons mené des tests comparatifs entre la caméra Panasonic AGEZ-30 et la caméra Sony PD170. La caméra Sony donnait des images plus "clinquantes", mais vraiment des images vidéo. Ici, l’objectif étant le report sur 35mm, les spectateurs devaient voir un film, pas un reportage télé au cinéma. La caméra Panasonic, outre sa courbe de contraste beaucoup plus plate et ses reliefs plus réalistes, a aussi une fonction "image progressive" que n’a pas la Sony (c’est à dire que chaque image filmée est une image pleine et entière, comme au cinéma, et non pas deux demi-images entrelacées, la vidéo, mode duquel la caméra Sony ne peut pas sortir).

Scénario

Comment écrire le scénario d’un documentaire ? Comment faire un documentaire de 30 secondes, qui soit en même temps une publicité ?

Evidemment, il n’y a pas de réponses réponses toutes faites à ces questions.

Le message à transmettre était, en gros : il y a 8 marchés dans votre ville, tous les jours, il y en a un dans votre quartier, et la qualité de lien social ainsi que de produits est incomparable avec les supermarchés.

Il fallait donc inscrire les images dans la réalité des lieux parcourus par les gens dans leur quotidien (des simples plans de beaux produits et de jolis regards auraient pu être filmés dans n’importe quels marchés), et il fallait faire passer le message sur le nombre de marchés et les jours.

Le texte en surimpression

Nous avons choisi des textes en surimpression, façon élégante de faire passer des messages, dès lors que la "mise en page", la mise en espace-temps plutôt, est fine. C’est un style de montage que je pratique depuis longtemps.

Montage

Le montage a été fait en plusieurs étapes, avec rendez-vous réguliers avec le client pour faire avancer le projet dans une direction qui lui agrée.

30 secondes, c’est court.

Technique du montage

Montage au format HD, avec le logiciel In-Sync Blade. Les images DV ont été préalablement agrandies image par image avec algorythmes sophistiqués d’interpolation, afin de gagner en définition. Tous les titrages ont été faits en HD natif (résolution de 1920x1080), ce qui assure une qualité optimale en 35mm (aucun effet d’escalier sur les titrages).

Mixage son

Premixage avec le logiciel de montage vidéo. Mixage en auditorium au format Dolby Stéréo, le standard obligatoire pour le 35mm.

Kinescopage

C’est à dire, passage des images haute définition sur pellicule 35mm. Le kinescopage a été fait par la société Ancor (Jean-Paul Musso). Le laboratoire de développement fut LTC Saint-Cloud.

Exploitation

20 copies d’exploitation.