Accueil > Ressources > DVD haute définition > Le Blu-ray disc s’impose-t-il doucement ?

Le Blu-ray disc s’impose-t-il doucement ?

dimanche 15 février 2009, par Benoît Labourdette.

Si l’on compare l’évolution du marché du Blu-ray disc depuis son lancement à l’évolution du marché du DVD video à la même étape, trois ans après son lancement, il s’est vendu deux fois plus de lecteurs Blu-ray que de lecteurs DVD video à l’époque (c’était il y a à peine plus de dix ans).

Ainsi, l’association Blu-ray partners, qui rassemble, en France, les industriels et éditeurs oeuvrant dans le domaine du Blu-ray, se félicite de cette comparaison et prédit 58% du marché de l’édition vidéo pour le Blu-ray disc en 2011.

En effet, on pourrait espérer un tel raz-de-marée, qui, en théorie, permettrait, comme cela s’est passé avec le passage de la VHS au DVD, de re-vendre aux consommateurs une deuxième fois les films qu’ils ont déjà sur l’ancien support, donc de faire beaucoup de profit.

Mais, comparer terme à terme les chiffres du nombre de lecteurs vendus en comparant avec le nombre de lecteurs DVD est une façon de faire parler les chiffres un peu particulière, qui compare des choses pas vraiment comparables. En effet :

Blu-ray disc en 2009DVD video en 1999
Un lecteur Blu-ray disc est capable de lire les DVD video. Un lecteur DVD video ne pouvait pas lire les VHS.
Sur 3 millions de lecteurs Blu-ray disc vendus en France, 2 millions sont des consoles de jeu PS3, et un demi million sont des lecteurs dans les ordinateurs. A l’époque du DVD, les ordinateurs étaient beaucoup moins multimédia qu’aujourd’hui, donc la majorité des lecteurs DVD vendus étaient des lecteurs de salon conçus uniquement pour la vidéo.
Le Blu-ray disc a pour concurrents la VOD, le téléchargement, la vidéo sur internet, le "vieux" DVD et, frontalement, les cartes mémoires (qui sont amenées, semble-t-il, à devoir remplacer les supports optiques). Le DVD video n’avait pour concurrent que la VHS à laquelle il proposait une alternative.

On voit que le Blu-ray disc apparaît dans un secteur industriel radicalement différent de ce qu’il était à l’apparition du DVD.

Je pense que le Blu-ray disc va se faire une place, tout doucement. C’est devenu un support parmi d’autres, mais il ne sera jamais hégémonique. La force d’un lecteur Blu-ray est de pouvoir lire les anciens DVD, donc le changement se fait "en douceur". Est-ce que les lecteurs Blu-ray vont remplacer tous les lecteurs DVD avant que les lecteurs Blu-ray eux-mêmes soient devenus obsolètes ? Sans doute pas.

Le Blu-ray est, assurément, un format avec lequel il faut compter, qui offre une excellente qualité, que ce soit pour l’édition vidéo, le home cinema ou même, pourquoi pas, la vidéoprojection en salle (pour des oeuvres documentaires, des films d’artistes). Mais le marché spécifique à ce support, quoi qu’en disent les associés de Blu-ray partners, ne remplacera jamais terme à terme le marché du DVD, comme le DVD l’avait fait en son temps pour la VHS. Le marché de la vidéo restera certainement segmenté à plusieurs supports, ce qui n’est pas simple pour le consommateur...

Sauf si le support devient la carte mémoire, sur laquelle on peut mettre le format que l’on désire : qualité DVD, qualité Blu-ray, qualité internet... tout est possible sur une carte mémoire, qui n’est pas un format normalisé comme un disque Blu-ray ou un DVD video, mais juste un support de stockage. Par contre, on sait qu’un Blu-ray disc sera lu dans son lecteur de salon, on sait qu’on DVD video sera lu dans son lecteur de salon, alors qu’avec un film sur une carte mémoire, on n’est jamais sûr, en fonction du format, qu’il sera compatible avec son ordinateur, ou son lecteur... (et cela a été la grande force du DVD video en son temps que de proposer une norme unifiée, qui garantissait la bonne lecture des DVD, quel que soit le lecteur, quel que soit le DVD, cette normalisation technique a construit son succès).

Sauf si les logiciels de lecture vidéo deviennent vraiment universels, ou si un autre format, le Divx par exemple, prenait le pas sur tous les autres.

Et si le Divx, format du "piratage", inventé par le français Jérôme Rota, petite société qui n’emploie que 150 personnes aujourd’hui, mais format peut-être le plus utilisé au monde pour lire de la vidéo, qui a sa version HD depuis longtemps déjà, qui a maintenant un système d’interactivité, de menus... et si le Divx était le format de diffusion vidéo de demain, qui s’imposerait face aux grands consortiums membres de Blu-ray partners ?

Il faut dire que des lecteurs de salon officiellement estampillés Divx, il s’en est vendu non pas 3 millions, mais 100 millions ! (y compris la console de jeu PS3 qui peut lire des Blu-ray disc, mais qui peut aussi officiellement lire les fichiers Divx...)