Accueil > Ressources > Ecriture de scénario > Les logiciels d’écriture de scénario

Les logiciels d’écriture de scénario

mercredi 31 janvier 2007, par Benoît Labourdette.

Pourquoi utiliser un logiciel spécifique pour écrire un scénario ?

Un scénario de film rentre, le plus souvent, dans une présentation standardisée, qui se résume à quelque chose de très simple : une page = 1 minute.

Une page de scénario contient : les numéros, titre et détails des scènes, les didascalies (indications de ce qui se passe), et les dialogues. La présentation est traditionnellement très aérée, et le temps de la lecture est d’approximativement une minute.

Ainsi, temps de lecture = temps du film. Donc, à la lecture du scénario, on "sent" le rythme du film.

Même la présentation, la mise en page, répond à des critères très standardisés. On pourrait, à juste titre, critiquer cette standardisation, et la qualifier de frein à la créativité. Mais, au fond, je ne pense pas, je pense que c’est un simple cadre technique. De même qu’un film, pour pouvoir être vu, quelle que soit son originalité, doit toujours être sur un support standard de projection, un scénario procède de la même logique. C’est un document technique support d’un projet de film.

Donc, bien souvent, le scénario n’est pas suffisant pour décrire et préparer le film. Il n’est qu’un élément parmi d’autres, et un élément dont l’objet principal est dramaturgique.

Donc, avant l’existence des logiciels d’écriture de scénario, on utilisait Word, en passant un temps fou à faire de jolies indentations, marges, caractères gras et autres, afin que le scénario ait la "tête" de cette standardisation. On perdait beaucoup de temps. Par exemple, si on voulait rajouter, ou enlever, une scène, il fallait, manuellement, changer tous les numéros de scènes suivants.

Ainsi, utiliser un logiciel d’écriture de scénario permet de gagner un temps précieux pour la mise en forme technique du document. C’est son principal intérêt. Ensuite, certains logiciels permettent d’aller plus loin, de travailler la "courbe dramatique" du film, de construire les personnages, de préparer le plan de travail, etc. Ce sont des fonctions supplémentaires, qui, là, peuvent prêter plus facilement à critiques.

L’histoire des styles en informatique

Un scénario est divisé en trois "styles" de caractères et de paragraphes principaux :

- En-tête de scène.

- Didascalies.

- Dialogues.

Auparavant, il fallait, élément par élement, redéfinir manuellement les marges, les gras, etc. à chaque endroit du scénario. Maintenant, on peut utiliser les "styles", en informatique : on qualifie tel morceau de texte de "Dialogues", et ça peut se faire au moyen d’une seule touche, et automatiquement, les marges s’adaptent. Si, à un moment donné, on trouve que les marges des dialogues sont à changer, il suffit de changer leur définition, et tout va changer automatiquement dans le document.

Le principe des styles, c’est à dire d’une approche sémantique des portions de texte, est à la base, entre autres, des logiciels d’écriture de scénario.

L’histoire des logiciels d’écriture de scénario

Le premier en date, me semble-t-il, est Final Draft. Un logiciel, purement technique, de mise en forme du document final.

Puis, à la fin des années 90, Michel Loulergue (scénariste de Rue case nègres), a développé, avec sa société Creative Valley, le logiciel Scenario Pro, basé sur sa méthode d’enseignement du scénario. C’est une série de questions, posées à l’auteur, auxquelles il doit répondre, et qui l’emmène, peu à peu, à construire la structure du récit et les personnages. Une approche intéressante, pédagogique, mais qui n’a pas su trouver son public, malgré des partenariats avec des écoles comme l’Esra.

Aujourd’hui, la règle est plutôt aux conseils prodigués par des experts, intégrés dans les logiciels, une sorte de fichier d’aide classique amélioré.

Une sélection de logiciels d’écriture de scénario

Il ne s’agit pas ici d’être exhaustif, mais de proposer des outils intéressants.

- Final Draft. C’est la référence en la matière. Assez basique au fond, mais efficace dans l’application automatique des styles. Payant (assez cher).

- Celtx. Quasiment aussi bien conçu et ergonomique que Final Draft, mais totalement gratuit, et disposant de modules puissants d’aide à l’organisation du tournage. Propose une sorte de "communauté" de scénaristes, on peut, directement à partir du logiciel, avoir accès à d’autres scénarios.

- Ecrire un scénario avec Open Office. Gratuit aussi. C’est une feuille de style Open Office, qui rajoute des boutons. Beaucoup moins puissant que Celtx, mais peut rendre des services si on a un petit scénario à écrire.

- MindManager. Ce n’est pas du tout un logiciel d’écriture de scénario, et encore moins de mise en page, mais un logiciel de "cartes heuristiques", très utile pour organiser les idées, une structure narrative. Payant. Il existe des logiciels gratuits du même ordre. Lire cet article.