Accueil > Ressources > Réalisation de DVD > Une solution au problème de compatibilité des DVD haute définition (...)

Une solution au problème de compatibilité des DVD haute définition ?

mardi 23 janvier 2007, par Benoît Labourdette.

Le DVD haute définition a un sérieux handicap : il y a deux normes concurrentes, incompatibles entre elles. C’est un peu la même histoire que ce qui s’est passé au début des années 80, entre les trois normes de cassettes vidéo (VHS, betamax et V2000) : il a fallu attendre, pour le vrai essor commercial et de distribution des oeuvres, qu’une seule norme enterre les autres.

Pour le lancement du DVD, en 1997, les industriels avaient réussi à se mettre d’accord sur une norme unique. C’est l’un des facteurs qui a permis son développement et son succès.

Pour le DVD haute définition, il semble donc que l’histoire se répète, et qu’il va falloir attendre que l’une des deux normes s’impose.

Mais, Warner, n’attendant pas, propose des disques bi-format, nommés THD, gravés à la fois en Blu-ray et HD-DVD, un sur chaque face. Le DVD sera sans étiquette, comme "nu", sans caractère.

Aussi, Samsung va bientôt proposer des lecteurs bi-formats, capables de lire indifféremment Blu-ray ou HD-DVD.

Peut-être que ces solutions de "compatibilité", implantées de part et d’autre de la chaîne, vont apporter une solution au problème de compatibilité. Tout cela serait "transparent" pour l’utilisateur.

Pour les éditeurs, par contre, la tâche s’avère ardue et coûteuse : concevoir un disque Blu-ray ou un disque HD-DVD ne fait pas appel aux mêmes logiciels, aux mêmes prérogatives techniques. Le coût de fabrication va donc être très élevé dans un premier temps, ce qui ferme la porte aux "petits" éditeurs. C’est bien dommage, car on a vu avec le DVD que ce sont les "fonds de catalogue" qui ont alimenté son succès. Par définition les fonds de catalogues sont plutôt de petites séries, mais des séries multiples, ce qui fait un grand nombre de ventes, sur un grand nombre de "niches commerciales". Sans les "petits" éditeurs, le DVD n’aurait pas eu le succès qu’il a eu.

Donc, la balle est peut-être désormais aussi dans le camp des éditeurs de logiciels : à eux de concevoir des logiciels de création de DVD qui simplifient la tâche et réduisent le coût de "l’intéropérabilité".

De toutes manières, si une solution aux coûts de production élévée n’est pas rapidement trouvée, ainsi qu’une solution au prix d’achat élevé des lecteurs de DVD haute définition, le DVD haute définition n’aura pas le temps de se développer avant d’être lui aussi enterré par la diffusion dématérialisée (la VOD en haute définition existe déjà et est déjà opérationnelle).